Avez-vous déjà pensé à faire le grand saut et à partir travailler en Australie avec un Permis Vacances Travail avant vos 31 ans ? Après avoir passé du temps en Asie, c’est ce que j’ai décidé de faire pour gagner suffisamment d’argent pour voyager en camping-car à travers l’Australie.

Lorsque vous arrivez avec un PVT, la priorité est de trouver un travail le plus rapidement possible. J’ai commencé à Perth. Notez que c’est là que vous trouverez les meilleurs postes et salaires. Il est assez facile de trouver un travail (je travaillais comme collectrice de fonds pour une œuvre de charité) et après quelques mois, vous aurez mis assez d’argent de côté pour commencer votre aventure. Je me suis donc acheté un camping-car qui est devenu pendant les 7 mois qui ont suivi non seulement ma maison, mais aussi mon pass pour explorer le grand territoire australien…

La vie sur les routes : vaut-il mieux acheter ou louer un camping-car ?

Je vous recommanderais d’en acheter un si vous avez prévu de rester plus de 2 mois en Australie  et si la conduite sur de longs trajets ne vous fait pas peur ! Je ne suis vraiment pas une pro de la mécanique et des voitures, j’ai donc acheté mon camping-car au hasard  et ce n’était pas une partie de plaisir de faire enregistrer le véhicule !

C’est une idée judicieuse d’acheter un véhicule immatriculé dans l’état où vous avez prévu de le revendre, car cela vous évite des frais supplémentaires d’immatriculation. L’autre avantage d’acheter un camping-car à Perth, c’est que beaucoup de personnes terminent leur voyage sur la côte ouest et vous y trouverez donc beaucoup de voyageurs essayant désespérément de revendre leur véhicule avant de partir.

Votre pièce à vivre devient aussi votre chambre à coucher

Quand j’ai acheté ce van, j’avais déjà prévu d’y vivre et de l’utiliser pour découvrir le pays et trouver du travail sur la route. Je n’avais pas beaucoup d’argent, j’ai fini par acheter un Mitsubishi Express avec un lit déjà installé. Il y avait une zone de rangement en dessous du lit, ce qui veut aussi dire qu’il était très proche du toit et donc je ne pouvais pas m’assoir dans le lit ! J’étais donc plutôt à l’étroit et j’étouffais un peu pendant les 7 mois qui ont suivis. Si vous louez un camping-car, ne vous inquiétez pas, les modèles sont ingénieusement aménagés avec beaucoup plus d’espaces de rangement !

A l’arrière il y avait un four, ainsi quand nous ouvrions la porte arrière nous pouvions y cuisiner debout. J’ai décidé que puisque nous allions y passer beaucoup de temps, il lui fallait un petit nom (je l’ai appelé Brice) et un bon coup de peinture… c’est le jaune vif qui l’emporta! J’ai aussi ajouté quelques rideaux et fait mon maximum pour l’embellir un peu. Cependant le frigo, la douche, les toilettes, le chauffage, l’air conditionné et la lumière ne fonctionnaient que si le moteur était allumé !

Grand départ et comment esquiver les kangourous suicidaires

Nous sommes partis de Perth en direction du nord. Nous nous sommes tout de suite perdus et avons fini par conduire de nuit, ce qui est vraiment la chose à ne pas faire lorsque vous sortez des villes. Les kangourous se réveillent au coucher du soleil, avec leurs tendances suicidaires et leur envie bizarre de traverser devant vous alors que vous n’avez pas le temps de freiner. Notre van ne disposait pas de « ‘roo bars », ces protections en métal qui vous protègent en cas de collision avec ces kangourous suicidaires. Si nous en avions touché un, il y aurait eu une grave collision car ils sont énormes!

Le premier soir, nous avons eu une peur bleue lorsque, sortis de nulle part, trois kangourous géants ont déboulé devant nous. Fort heureusement nous n’en avons touché aucun. Après cette rencontre fortuite, nous avons décidé de nous arrêter pour dormir. Nous avons trouvé une aire de stationnement où un camionneur s’était arrêté. Cette première nuit, nous étions frigorifiés et avons entendu les trains routiers nous passer au ras toute la nuit. Je crois que c’était la nuit plus horrible de tout notre séjour. Heureusement, plus nous montions vers le nord et plus le froid n’allait devenir qu’un mauvais souvenir !

Sur la route : s’habituer aux longues distances

On a dû déjà vous dire que l’Australie est un grand pays (et d’ailleurs vous n’avez qu’à voir sa taille sur une carte !) Cependant, il est presque impossible de se rendre compte à quel point tant que vous n’avez pas conduit à travers le pays.

Je pense que c’est le manque de villes et de choses à faire ou à voir entre ces villes qui rend le pays plus petit qu’il n’y parait. Par exemple, sur une carte en voyant 2 villes sur la même côte vous pensez qu’il vous faudra surement environ 2h de route. C’est seulement plus tard que vous réalisez que ça fait 4h que vous êtes sur la même route interminable et voyez le même paysage (en particulier sur la côte ouest et dans l’intérieur du pays).

Loooongues routes et distractions improvisées

Une fois, j’étais tellement contente au détour d’un virage que j’ai réveillé mon compagnon de voyage juste pour lui montrer une petite colline sur la gauche! J’ai rencontré des gens qui avaient inventé plein de petits jeux idiots pendant qu’ils traversaient le désert de l’ "Outback". Par exemple, conduire le plus longtemps possible du mauvais côté de la route. Apparemment, ça a duré 3 heures avant qu'ils n'abandonnent... Un autre de ces jeux consistait à dessiner sur le pare-brise une grille au rouge à lèvres et parier sur qui aurait le plus de mouches écrasées dans sa grille !

Surprises en chemin

Comme je vous le disais, les trajets sont souvent longs et interminables, avec peu de choses à voir. Mais l’Australie sait récompenser les voyageurs qui s’aventurent hors des sentiers battus.

Nous avons trouvé d’incroyables perles rares en chemin et comme nous étions notre propre conducteur, nous pouvions nous arrêter à notre gré.

  • The Pinnacles (formation rocheuse bizarre)
  • Wave Rock (une autre formation rocheuse bizarre, comme son nom l’indique en forme de vague – "wave")
  • Ningaloo Reef (où vous pouvez nager avec les raies Mantas et les requins blancs)
  • Shell Beach (là encore, le nom parle pour lui-même !)
  • Les sources d’eau naturellement chaude du désert de l’Outback… et bien d’autres encore !

Choisir votre véhicule : avez-vous besoin d’un tout-terrain ?

Lors de ce voyage nous nous sommes aperçus de l’utilité d’avoir un véhicule en 4 roues motrices. Le nôtre ne l’étant pas, nous avons dû nous résigner à ne pas visiter certains parcs nationaux, ainsi que les Bungle Bungles qui avaient l’air superbe! Des gens du coin nous avaient déconseillé la route des Bungle Bungles sans véhicule tout-terrain donc nous n’avons même pas essayé.

Panne

Au nord-ouest de l’Australie, juste après Wolf Creek (où a justement été tourné un film sur des voyageurs qui tombent en panne et se font assassiner), nous sommes tombé en panne. Comme il y a peu de passage, nous nous sommes fait à manger et avons attendu sur le bord de la route au soleil jusqu’à ce qu’un charmant couple de personnes âgées passe et propose de nous remorquer. Ils nous ont amenés dans une colonie aborigène mais comme leur mécanicien avait disparu, ils nous ont déposés à une station-service (ou ‘servo’ comme ils le disent si bien).

Après une nuit à la station-service, nous avons découvert qu’une remorqueuse nous couterait dans les 400€. Nous sommes donc allés voir d’autres voyageurs avec un camping-car et leurs avons proposé 150€ pour nous tracter. Nous pensions qu’ils avaient un grand camping-car mais il s’est avéré qu’ils avaient juste une vieille voiture! Peu importe ils nous ont tout de même tracté pendant 3 heures. 

Se faire remorquer en descente est un talent à part entière que j’ai aussi acquit pendant mon voyage. A Katherine, petite ville au milieu de nulle part, nous avons dû attendre notre nouvelle courroie de distribution pendant 3 semaines. Elle nous a couté 1000 dollars australiens, encore une bonne raison de louer un van plutôt que de l’acheter !

Vivre dans une boite de conserve avec son précieux livre pour campeurs

Vivre en camping-car sans air conditionné peut être vraiment difficile, surtout quand l’on partage cet endroit avec quelqu’un d’autre. Pendant les heures interminables où la radio ne captait pas, nous avons dû faire preuve d’imagination pour nous distraire. J’ai pratiqué mon chant (au grand regret de mon compagnon de route) et nous sommes aussi devenus accrocs au jeu de dés le Yam, auquel nous jouions le soir.

Vivre dans un van dans le désert de l’Outback signifie que vous vous levez et allez vous coucher en fonction du soleil (sinon vous vous sentirez vite comme un poulet en train de rôtir dans un four!). Nous avons croisé beaucoup de voyageurs et de couples plus âgés à bord de leurs incroyables camping-cars suréquipés, tous accompagnés de leur livre ‘Camp 5’, qui aujourd’hui doit probablement en être au ‘Camp 8’. Ce livre était notre bible, nous indiquant toutes les zones de camping gratuites dans toute l’Australie. Bien que celles-ci soient un peu basiques, avec quelques arbres, des tables de pique-nique et des toilettes, vous deviendrez rapidement un expert en douches et saurez les trouver sur les plages, dans les auberges, sur les aires de repos. Vous pouvez aussi toujours vous offrir une nuit dans un camping de temps en temps.

Cuisiner et manger

La cuisine lorsque vous vivez dans un van, sans trop d’argent et sans frigidaire, a tendance à être toujours pareille, c’est pourquoi il semblerait  que chaque campeur adopte le même régime de camping. Notre régime consistait à se nourrir de nouilles Maggie en variant les saveurs, et de boites de thon (les australiens ont une grande variété de thon en boite : saveurs curry rouge Thaï, soja et gingembre, mexicain, tomate épicée…) puis nous essayions de l’agrémenter de légumes en boite, une tomate et parfois un œuf pour se faire plaisir. Les sandwichs étaient eux aussi composés de thon et il en fut de même pour nos pates. Je pense que votre plus grand ennemi lorsque vous vivez dans un van est  la malnutrition, soyez prudents !

Voyager en camping-car est-il pour vous ?

Si vous voyagez seul et que vous voulez rencontrer du monde, le camping-car peut vous revenir un peu cher et si vous cherchez un partenaire de voyage, vous ne savez pas vraiment sur qui vous allez tomber. L’option du bus ‘hop on hop off’ (c’est-à-dire que vous pouvez monter et descendre à l’arrêt que vous voulez) est peut-être la mieux pour vous car vous rencontrerez du monde. L’inconvénient est que vous passerez sans doute à coté de merveilles. Si vous voyez un kangourou, vous ne pourrez pas demander au chauffeur de s’arrêter pour que vous puissiez prendre une photo !

Si vous voyagez entre amis, louer un van peut être une bonne idée, car cela vous laissera libre de faire ce que vous voulez, quand vous voulez. Pour les couples, le camping-car est une bonne solution, plutôt que de dormir en dortoirs mixtes ou dans des chambres privées au prix exorbitant.

Si vous voulez avancer à votre rythme, vous arrêter quand vous voulez et découvrir les plus beaux sites loin des touristes, avoir un camping-car semble être la meilleure solution.

Sentez-vous l’appel de la route ?

Au sein de Travel Nation, il y a plusieurs campeurs saisonniers qui ont tenté l’aventure, alors si vous voulez organiser ce type de voyage en couple, avec des amis ou en famille, nous avons l’expérience. Nous pouvons vous proposer des tarifs avantageux pour votre location de van, que ce soit pour faire le tour de l’Australie, traverser la Nouvelle-Zélande du nord au sud ou faire les parcs nationaux entre  Los Angeles et San Francisco.

Nous travaillons avec les fournisseurs principaux en Australie et en Nouvelle-Zélande et nous avons donc les meilleures offres, des vans Ford Falcon Station avec tente, aux monospaces convertibles, en passant par les caming-cars géants avec tout le confort moderne – peu importe votre budget ou votre style, nous vous trouverons celui qui vous correspond. Nous pouvons aussi vous aider à choisir votre modèle, vous informer sur les assurances, les traversées en ferry avec van (par exemple pour aller en Tasmanie ou traverser la Nouvelle-Zélande) et pour toute autre question. Prenez contact avec Sara, ou un autre de nos consultants, ou bien demandez un devis pour votre van.

Pour plus d'informations sur le Permis Vacances Travail (Working Holiday Visa), consultez ce lien (en anglais)

Vous aimerez aussi :